Construit en 1990 en Allemagne, le Joola faisait la ligne Dakar-Zinguichor (Sénégal). Il faisait vivre la région, en particulier les "banas-banas", des commerçants qui vendaient leurs produits sur les marchés. Le ferry effectuait sa traversée en 15 heures via l'île de Carabane.

Fiche technique:

-Tonnage: 1532 T
-Longueur: 79m
-Largeur: 12.5m
-Tirant d'eau: 3.1m
-Capacité: 550 passagers/ 550 tonnes de marchandises dont 13 voitures.
-Vitesse: 12 noeuds

57_Le_Joola

le_joola

joola

87_04266_ Mars 1997_SenZiZi_Ziguinchor Fleuve Casamance Nous croisons le ferry_ le Joola __ son arriv__e __ Ziguinchor

87_04267_ Mars 1997_SenZiZi_Ziguinchor Fleuve Casamance Nous croisons le ferry_ le Joola __ son arriv__e __ Ziguinchor

 

Le naufrage:

Le 26 septembre 2002, vers 13h30 à Ziguichor, le Joola (surchargé) quitta le port avec à son bord plus de 2000 passagers et membres d'équipage. Vers 18h, après l'escale à Carabane, le temps commença à s'agiter. Le ferry gîtait déjà beaucoup à bâbord lors de son départ de Carabane (chose due à son chargement mal répartis), et alors que vers 23h l'ambiance à bord était à la fête, le vent accentua la gîte de navire et pour se protéger de la pluie, une grande partie des passagers sur le pont allait à bâbord ce qui fit brusquement basculer le ferry. En moins de 5 minutes, le Joola était complètement retourné.

joola4

La plupart des passagers sur le pont ne savaient pas nager et se noyèrent aussitot, idem pour les passagers à l'interieur du navire qui tombèrent tous les uns sur les autres se qui les empêchaient de s'extraire du ferry. Un seul radeau de survie s'est déployé et flottait autour du bateau retourné, avec 25 rescapés à son bord. 22 autres passagers ont réussit à monter sur la coque du Joola pour attendre l'arrivée des secours.

Ces quelques survivants ont alors du attendre jusqu'à 7h du matin où quelques pirogues de pêcheurs sont venu les secourir.

Le bilan du désastre est catastrophique: 64 survivants pour 1953 morts. Environ 600 corps ont pu être remontés mais plus de 1300 restent prisonniers de l'épave. durant les semaines et les mois qui suivirent la catastrophe, des pecheurs remontaient régulièrement des morceaux humains dans leurs filets.

joola62026